dimecres, 14 de desembre de 2016

Més amunt que les flames

Brioude. Fotografia: Empar Sáez


El teu poema sorgí
de l'infern

un matí que els mots t'havien trobat
inerta
enmig d'una frase

un infern d'imatges
que furgaven la pols
dels forns

i les ànimes
sense empara
refugiades en el teu crani

fou després d'aquell viatge
que t'havia fet tornar

amb els ulls abrusats
de no haver vist res

res
sinó restes

tal com ho diem
d'una urna
que s'exposa

just el temps de recollir-nos
davant quatre palades de terra

perquè la vida arrela
fins i tot en terrenys
inhabitables

la vida és la vida

i aprenem a col·locar
Auschwitz o Birkenau
en un vers

com un baf
insuportable

no has de permetre al desesper
que dilati les cavitats
del teu cor

no estàs sola

al teu costat
hi ha un infant

que de vegades plora
amb tota l'ànima

i vols veure'l 
riure 
amb tota l'ànima

necessitem rialles
per atacar el matí

i refàs la teva joia
com si fessis gimnàstica

avançant la mà
cap a les branques del roser
del teu jardí

on una flor intenta fer
estiu

hi ha aquest infant
que no esperaves

arribat amb uns bronquis
massa estrets
per retenir la llum

(...)


Louise Dupré, Més amunt que les flames
Traducció de Lídia Anoll
Jardins de Samarcanda, 2016


***


Ton poème a surgi
de l’enfer

un matin où les mots t’avaient trouvée
inerte
au milieu d’une phrase

un enfer d’images
fouillant la poussière
des fourneaux

et les âmes
sans recours
réfugiées sous ton crâne

c’était après ce voyage
dont tu étais revenue

les yeux brûlés vifs
de n’avoir rien vu

rien
sinon des restes

comme on le dit
d’une urne
qu’on expose

le temps de se recueillir
devant quelques pelletées de terre

car la vie reprend
même sur des sols
inhabitables

la vie est la vie

et l’on apprend à placer
Auschwitz ou Birkenau
dans un vers

comme un souffle
insupportable

il ne faut pas que le désespoir
agrandisse les trous
de ton coeur

tu n'es pas seule

à côté de toi
il y a un enfant

qui parfois pleure
de toutes ses larmes

et tu veux le voir
rire
de toutes ses larmes

il faut des rires
pour entreprendre le matin

et tu refais ta joie
telle une gymnastique

en levant la main
vers les branches d'un érable
darrière la fenêtre

quand une hirondelle veut faire
le printemps

il y a cet enfant
que tu n'attendais pas

arrivé avec ses bronches
trop étroites
pour retenir la lumière

(...)

Louise Dupré, Plus haut que les flammes
Les Éditions du Noroît, 2010


Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada