dissabte, 1 de febrer de 2014

Ja siguen transparents o opaques

Alós d'Isil. Fotografia: Empar Sáez


   Ja siguen transparents o opaques, humils o engalonades amb imatges, les nostres paraules no contindran més sentit que un alè sense rostre que ressonàs per ell mateix sobre els enderrocs d'un temple o en un camp superbament desert des de sempre ignorat pels humans.
   Així, tant si deixa un nom com si esdevè anònim, tant si afegeix un terme al llenguatge com si s'extingeix en un sospir, de totes maneres el poeta desapareix, traït pel seu seu propi murmuri, i res no hi resta després d'ell més que una veusense ningú—.


Jean Tardieu, Una veu sense ningú
Traducció d'Eduard J. Verger


***



   Qu’elles soient transparentes ou opaques, humbles ou chamarrées d’images, ne contiendront pas plus de sens qu’un souffle sans visage qui résonnerait pour lui-même sur les débris d’un temple ou dans un champ superbement désert depuis toujours ignoré des humains. 
   Ainsi, qu’il laisse un nom ou devienne anonyme, qu’il ajoute un terme au langage ou qu’il s’éteigne dans un soupir, de toute façon le poète disparaît, trahi par son propre murmure et rien ne reste après lui qu’une voix sans personne. 


Jean Tardieu, Une voix sans personne

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada